En vrac - 10 octobre 2014

Une possible évolution de notre démocratie

Suite à la récente lecture de cet article Démocratie 2.0 et cette vidéo Pia Mancini : DemocracyOs, je suis parti sur certaines réflexions et liens notamment avec le jeu de rôles que j'affectionne tout particulièrement. Je ne vais pas m'attacher à critiquer ces références mais simplement m'en servir de base de réflexion.

Tout part d'un constat, les citoyens recherchent de plus en plus à obtenir un peu plus de pouvoir. Le temps où l'on attendait sagement que les autres (entendre surtout les politiques) pensent et décident à notre place est révolu. Ce que j'aimerais que cette phrase soit d'actualité mais je pense que c'est ce vers quoi nous tendons.
De plus en plus de citoyens comblent eux-même les faiblesses du système par différentes initiatives : associations, initiatives spontanées relayées par réseaux sociaux, ... Ils n'attendent plus sur les élus pour réagir car ils ont compris que ceux-là ne sont pas là pour diriger mais simplement pour faire carrière. Ils sont au service d'eux-même avant d'être au service du citoyen. Les citoyens reprennent alors le pouvoir en agissant là où ils pensent que c'est le plus critique. Malgré tout cela reste une minorité de la population.

Les tendances au financement participatif pourraient amener d'autres citoyens à réfléchir sur quels projets ils souhaiteraient voir utiliser leurs impôts. Peut-être même les votes par téléphone pour les émissions TV pour citoyens déconnectés sont une passerelle pour que ceux-ci prennent conscience qu'ils peuvent avoir du pouvoir. Il reste à leur donner confiance en eux et en leurs idées. J'y conçois c'est un exemple quelque peu tirer par les cheveux.

L'exemple le plus probant en dehors du financement participatif se retrouve du côté des activités ludiques, notamment le jeu de rôles. Depuis sa création jusqu'aux années 2000, le jeu de rôles avait peu évolué au niveau de son fonctionnement : un maitre du jeu régnait en maitre sur des joueurs. Il contrôlait l'univers, les règles parfois même les sensations des personnages des joueurs laissant le joueur avec un contrôle limité sur le jeu. Depuis un peu plus d'une décennie, d'autres types de jeu de rôles sont apparus. Ces jeux proposent de donner plus de pouvoir au joueur sur son personnage et sur l'univers (ça dépend des jeux et des règles). Certains proposent même de supprimer le rôle du maitre de jeu. Pour les rôlistes qui découvrent cette nouvelle façon de jouer c'est comme découvrir un nouveau continent à explorer. Le joueur gagne alors en pouvoir sur le système de jeu tout comme le citoyen pourrait gagner en pouvoir sur le système démocratique. Si vous souhaitez en savoir plus sur ces jeux de rôle je vous invite à écouter les podcasts de La Cellule.

Évidemment, comme dans n'importe quel système, il faudrait adapter les règles ou en créer de nouvelles pour encadrer cette nouvelle façon de penser. Dans le cas du financement participatif, chaque donateur devrait pouvoir être informé de l'avancement du projet. Cela serait un bon moyen d'impliquer les donateurs. Mais il faudrait aussi pouvoir débouter les personnes malhonnêtes. Bien sûr, le bon sens des citoyens les pousserait à ne pas participer à un projet douteux mais un projet douteux avec une bonne communication pourrait passer pour un bon projet. Pour éviter ces travers, il faudrait alors ajouter à la communication faite par les instigateurs du projet des tables rondes, des débats publics, ...
Certaines associations tentent de désacraliser et de rendre compréhensible la parole politique et législative. Là encore, la compréhension du système démocratique devrait être accessible à tous ou à la plupart et non être obscure comme actuellement. Un bon exemple en est une célèbre scène du film Les 3 frères où la parole du notaire n'est pas compréhensible par les protagonistes. Les citoyens pour qui cette parole (politique et législative) est obscure se tournent vers des paroles plus accessibles voir trop accessibles visibles à la télévision aux heures de grandes audiences. La Quadrature du Net est une association qui va dans ce sens et tente de rendre compréhensibles certains projets de loi. Mais aussi elle met à disposition la liste des députés, leurs coordonnées et des outils tel le Pi-Phone permettant d'être mis en relation directement avec son député. De telles initiatives devrait définitivement être publique.
Je pense que, pour intéresser le plus grand nombre à la gouvernance de leur pays et par conséquent de leur vie, il faut bien plus que ça. Pour rendre les paroles accessibles il ne faut pas les simplifier mais faire évoluer les destinataires de ces mots. Ce travail prend forcément plusieurs générations pour que les résultats soient visibles. C'est donc un travail à très long terme qui, je pense, a commencé par la philosophie des Lumières. Ce travail ne doit pas se faire uniquement par l'éducation scolaire comme actuellement mais aussi par l'éducation parentale et l'influence des amis, des connaissances et également des médias, de tous les médias.

Pour conclure, je pense que par nos actions de tous les jours si nous y mettons un peu de nos convictions nous pouvons faire avancer le monde bien plus que par un vote. Affirmons nos convictions quelles qu'elles soient. N'hésitons pas à réagir, à débattre, à penser. Ce n'est pas réservé aux élites. Tout le monde a un cerveau, il faut juste apprendre à se le réapproprier et à le posséder pleinement.
Ouvrez les yeux, voyez l'infinité des possibles et indignez-vous !!








Rédigé par marmous - Mots clés: démocracie participative, réflexion, jdr, financement participatif